CHRONIQUE DE LA DOULEUR : UN BALADO

Mon nom est Anne St-Denis, ex-chorégraphe, danseuse et professeure de stretching-danse. Depuis près de 7 ans, je suis aux prises avec la douleur chronique. Avec l’aide de mon amoureux, j’anime ce balado. Je parle de douleur chronique, mais pas seulement. Je parle de ce qui m'arrive, me passionne et me révolte. Je parle de l’expérience que j’ai acquise au quotidien dans la compréhension et la gestion de la douleur. Je parle aussi de ce que la douleur m’a apportée intérieurement et même… spirituellement. Les chemins de la réadaptation (je n'ose dire guérison) sont multiples et très surprenants. Ce balado thérapeutique a été ma planche de salut. En parlant, j’arrive à faire de mes douleurs quelque chose de constructif et de créatif. Ce faisant, j'espère encourager ceux qui souffrent de la même maladie à parler et à créer quelque chose, eux aussi. Comme l’écrivait l’un de mes auditeurs : Merci... ça fait du bien de constater qu’on n’est pas seul. La douleur chronique est une maladie qui se vit dans le silence et l’isolement. Créer pour briser le silence et l’isolement est l’une des voies menant... à la guérison. Bienvenue et bonne écoute!

Marcher

La douleur chronique m’a permis de me remettre en question. Je continue à m’adapter en fonction des aléas de la vie. J’ai choisi de voir les choses positivement. J’ai conscience d’avoir de la chance de mener la vie que j’ai aujourd’hui; d’avoir ma famille, mes amis, de vivre dans une maison que j’aime, un bel environnement, la nature, le silence et du temps pour prendre soin de moi. Accepter, ce n’est pas se résigner mais agir, adopter des conduites appropriées au soulagement de la douleur, trouver mes propres ressources, s’adapter. Ce n’est pas de tout repos ! Le médecin ne peut pas le faire à ma place. Mais, il n’y a rien de magique, sans l’accompagnement des professionnels de santé, et surtout sans médicaments, ma vie serait restée sans issue, sans lumière et ma douleur ne serait pas devenue source d’épanouissement. Aujourd’hui, ma vie a un sens, je vais bien !
Jocelyne Paderi

Anne vous parle

CommenterMerci de rester courtois

Votre commentaire