CHRONIQUE DE LA DOULEUR : UN BALADO

Mon nom est Anne St-Denis, ex-chorégraphe, danseuse et professeure de stretching-danse. Depuis près de 7 ans, je suis aux prises avec la douleur chronique. Avec l’aide de mon amoureux, j’anime ce balado. Je parle de douleur chronique, mais pas seulement. Je parle de ce qui m'arrive, me passionne et me révolte. Je parle de l’expérience que j’ai acquise au quotidien dans la compréhension et la gestion de la douleur. Je parle aussi de ce que la douleur m’a apportée intérieurement et même… spirituellement. Les chemins de la réadaptation (je n'ose dire guérison) sont multiples et très surprenants. Ce balado thérapeutique a été ma planche de salut. En parlant, j’arrive à faire de mes douleurs quelque chose de constructif et de créatif. Ce faisant, j'espère encourager ceux qui souffrent de la même maladie à parler et à créer quelque chose, eux aussi. Comme l’écrivait l’un de mes auditeurs : Merci... ça fait du bien de constater qu’on n’est pas seul. La douleur chronique est une maladie qui se vit dans le silence et l’isolement. Créer pour briser le silence et l’isolement est l’une des voies menant... à la guérison. Bienvenue et bonne écoute!

La source originelle

Si nous voulions en apprendre plus sur nous-mêmes ou sur quelqu’un d’autre, nous devrions peut-être aller puiser dans cette source. Par exemple, il y a la source originelle du mal qui a fait naître de vrais monstres. Qu’on pense à Thériault ou Manson, ces gourous qui se disaient des sauveurs mais qui dans les faits étaient des sadiques contrôlants déguisés en hommes de paix et d’amour. Ou Ted Bundy et Robert Pickton, ces tueurs en séries qui nous ont fait frissonner d’horreur.

De l’autre côté de cette noirceur, il y a la source originelle de la bonté. Lucille Teasdale serait issue de cette source. Cette chirurgienne humanitaire montréalaise c’est vouée corps et âme pour venir en aide aux Africains durant de très longues années. Vous vous souvenez sûrement aussi du père Emmet John Pops qui a fondé l’organisme Dans la rue pour venir en aide aux jeunes sans-abri de Montréal et qui est décédé en janvier dernier.

Que trouverions-nous dans la source originelle de ces personnages marquants? Traumatismes violents et abus chez les meurtriers? Exemples d’altruismes et de bienveillances chez les bonnes gens? Trop simpliste comme idée peut-être. Comment c’est passé leur enfance, leurs adolescences? À quel moment tout a basculé? Un trop plein doit forcément déborder d’un côté ou de l’autre; noirceur ou lumière? Et si pour la majorité d’entre nous ça débordait du côté de notre santé.

Douleur, maladie, dépression…Une source originelle traumatisante tapis dans l’ombre et qui serait LA source de nos souffrances, serait-possibles?

Au printemps dernier je suis allé rencontrer une femme spécialisée en toucher thérapeutique qu’ont m’avait chaudement recommandé. Son travaille consiste à revenir sur des évènements du passé, à les analyser, décortiquer, à mettre a nue nos émotions faces à ces souvenirs dérangeants qui ne s’étaient jamais montrés à la lumière cru du jour soit par honte, par peur… Je vous avoue que c’est extrêmement difficile comme rencontre, je ne crois pas que j’aurais été capable de faire ce genre d’exercice si je n’avais pas fait une thérapie conventionnelle avant. Le but de ces rencontres est justement de défaire, noeud par nœud, les blocages émotionnels qui, dans mon cas, pourraient être la cause de mes douleurs vu que médicalement, après tout les examens possibles et imaginables que j’ai passé, il n’y a aucune explication a ces satanées douleurs qui m’empoisonnent la vie.

Cela fait quatre fois que je vois cette merveilleuse dame. J’y retourne en novembre et j’ai confiance. Il ne peut en ressortir que du bien. Oui, j’ai encore des douleurs, mais je sais que le soulagement sera la dernière chose que je ressentirais puisque les effets premiers se font du plus profond de moi vers l’extérieur. En ce qui me concerne, des nœuds il y en a beaucoup et des gros à part ça, mais déjà un travaille de conscience est amorcée et je me sens encouragée. Mettre en lumière les choses difficiles du passé est une chose très souffrante à faire mais vaut mieux, avec de l’aide, les faire ressurgir que les laisser nous pourrir l’intérieur, et part le fait même, la vie…


C’est une très grande joie pour moi d’accueillir sur mon blogue, à titre de blogueuse invitée, ma grande amie Man♥n.
Anne

CommenterMerci de rester courtois

Votre commentaire