CHRONIQUE DE LA DOULEUR : UN BALADO

Mon nom est Anne St-Denis, ex-chorégraphe, danseuse et professeure de stretching-danse. Depuis près de 7 ans, je suis aux prises avec la douleur chronique. Avec l’aide de mon amoureux, j’anime ce balado. Je parle de douleur chronique, mais pas seulement. Je parle de ce qui m'arrive, me passionne et me révolte. Je parle de l’expérience que j’ai acquise au quotidien dans la compréhension et la gestion de la douleur. Je parle aussi de ce que la douleur m’a apportée intérieurement et même… spirituellement. Les chemins de la réadaptation (je n'ose dire guérison) sont multiples et très surprenants. Ce balado thérapeutique a été ma planche de salut. En parlant, j’arrive à faire de mes douleurs quelque chose de constructif et de créatif. Ce faisant, j'espère encourager ceux qui souffrent de la même maladie à parler et à créer quelque chose, eux aussi. Comme l’écrivait l’un de mes auditeurs : Merci... ça fait du bien de constater qu’on n’est pas seul. La douleur chronique est une maladie qui se vit dans le silence et l’isolement. Créer pour briser le silence et l’isolement est l’une des voies menant... à la guérison. Bienvenue et bonne écoute!

Ces femmes inspirantes

Nos vies sont comme des maisons. Certaines personnes sont autorisées à venir sur la pelouse, d’autres sur la galerie, d’autres encore à entrer dans le vestibule ou la cuisine. Nos amis les plus proches sont invités à pénétrer plus loin dans notre maison, jusque dans le séjour.

Louise Penny (La faille en toute chose)

Anne vous parle

      Ces femmes inspirantes - 13 m


Crédit photo : Robert Deutsch, USA TODAY

Fernando Meirelles : La constance du jardinier [2005]

1 commentaireVotre opinion ?


  • Répondre

    Anne Évangéline

    Très chère Anne, un beau billet comme tu sais les faire.
    Bien oui, tu es une belle « vieille » authentique, toi aussi. Hihi!

    Ce n’est pas vrai que tes cheveux gris sont laids. Tu es belle et charismatique hier aujourd’hui et demain.

    Je t’aime.

    Ton autre Anne qui a ses cheveux gris et blancs depuis belle lurette.

    Je t’embrasse.

    Ta grande Anne

CommenterMerci de rester courtois

Votre commentaire